Bonjour

Vin bourru du 12 février 2016

La nouvelle orthographe est dans la mouvance d’une société française divisée sur la réforme des règles qui régissent la manière d’écrire les mots. L’Académie française, qui se défend d’être à l’origine de cette réforme, terme qu’elle qualifie d’impropre, préfère parler de rectifications orthographiques. Il paraît que nul n’était censé ignorer ces “ajustements” de l’orthographe qui n’ont pas un caractère obligatoire et qui datent de la publication au Journal officiel du 6 décembre 1990 d‘un rapport du Conseil supérieur de la langue française. Au final, c’est l’usage qui l’emportera sur la manière définitive d’écrire les mots “visés” par le rapport. A vouloir mettre des points sur les i là où il y avait des accents circonflexes, supprimer des trémas et remplacer “ph” par “f”, le langage écrit qui n’est pas celui de l’oral risque fort d’y perdre son ortografe et Edmond Rostand ses beaux nénufars blancs. MB

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn