Bonjour

Circuits courts : Montpellier a désormais son épicerie 100 % vrac et zéro déchet

Consommer mieux avec moins, c’est l’esprit de Cityzen Market créée par Alexandra et Valentina. Deux jeunes femmes enthousiastes qui veulent changer nos modes de consommation avec des produits bio vendus en vrac et sans emballage.

2016_3599-9Des idées, elle en a plein la tête ! Alexandra Klein, 37 ans, a un profil professionnel varié, elle a travaillé notamment 6 ans chez Nature et Découvertes avant de s’engager pendant un an dans une ONG dans le commerce équitable à Madagascar. “J’ai découvert le marché économique local et je me suis posé la question de comment faire la même chose en France. De mes expériences et rencontres, j’ai pris conscience de la complexité et des impacts de nos modes de vie et de consommation et j’ai décidé de faire mieux avec moins au quotidien. J’ai voulu aussi partager ces alternatives dans la création d’un blog : Cityzen Project.” Alexandra a voulu aller plus loin et créer une épicerie 100 % vrac, bio et locale. Elle s’est inscrite à la Yess académie de Montpellier, un programme pour aider des projets innovants à voir le jour. La Yess Académie a récompensé cette année 4 projets dont Cityzen Market pour la création de son concept store. “J’ai gagné à mon grand étonnement et j’ai rencontré des gens supers. Toute cette énergie positive, j’ai décidé de l’utiliser en lançant un appel dans mon blog pour trouver une associée. J’étais au chômage et je voulais vraiment faire quelque chose de cette idée. Un lieu où apprendre à consommer différemment et avoir une réflexion sur la société puis partager les expériences et idées. C’est un concept qui existe déjà dans certaines villes à Paris, Bordeaux mais pas à Montpellier. Il faut arrêter de donner de l’argent à ces multinationales qui nous empoisonnent”, explique avec passion Alexandra.

On était sur la même longueur d’ondes, on a essayé et ça a marché !

“J’ai rencontré Alex par hasard, elle avait déjà réfléchi au projet et j’ai vu son appel lancé sur le blog. Utiliser ce que l’on a sur un territoire plutôt qu’aller chercher ailleurs est une idée qui m’a séduite.” Depuis janvier, Valentina Alessandria, 32 ans s’occupe des contrats fournisseurs (la communication et la gestion administrative du magasin reviennent à Alexandra). Originaire d’Italie, elle s’est installée à Montpellier il y a 4 ans. Auparavant elle travaillait dans la coopération internationale, dans la recherche puis dans la restauration. Son vif intérêt pour l’économie locale et circulaire l’a amenée à s’investir dans des projets tels que la Graine et Alternatiba. Ce duo ainsi formé, elles ont décidé d’ouvrir un lieu d’échange et de partage avec des solutions pratiques et reproductibles chez soi. Cette épicerie est hébergée pour ses premiers mois de lancement, à la Maison des échanges et du commerce, avec un petit corner de 15 m2 pour s’étendre à moyen terme sur 100 m2, dans un emplacement aux Arceaux, à Figuerolles ou aux Beaux-Arts.

Consommer mieux, moins cher et partager des compétences via des ateliers collaboratifs

Cette épicerie inaugurée le 27 avril propose une soixantaine de références, en vrac, bio ou raisonnée et local en provenance d’une quinzaine de producteurs de la région mais aussi de Marseille, de la Drôme et jusqu’au Tarn. De l’épicerie sèche, des céréales, des produits ménagers, ou encore des produits cosmétiques. Cityzen Market propose aussi la vente de produits en consigne. “Nous n’inventons rien, il faut revenir à des essentiels, à du bon sens. Il ne faut pas oublier de venir avec ses bocaux et pochons en tissu. Nous mettrons aussi en place des ateliers pour apprendre à faire des produits soi-même, du shampooing, du déo et de la lessive…”, explique Alexandra. Elle précise que ce projet a fonctionné grâce à un réseau d’entraide sur Montpellier et notamment par le biais des réseaux sociaux : “cela nous a d’ailleurs étonnés de voir des gens aussi sensibles qui nous ont donné d’énormes coups de mains, il faut arrêter de dire que les gens sont individualistes, dès que l’on gratte l’allumette ça part !”

Un lieu pour valoriser les alternatives locales

“Nous vendons des produits sains pour l’environnement, il ne s’agit pas d’achat impulsif mais réfléchi. Le vrac répond à la question environnementale de réduction de déchets et reste un moyen économique pour les consommateurs. Il faut savoir que ces produits sont vendus en moyenne entre 10 et 40 % moins chers que leurs équivalents emballés”, explique Valentina. Pour ces deux épicières équitables, il faut démocratiser le fait de manger sainement, de pouvoir choisir la quantité du produit acheté et donc d’atteindre zéro gaspillage. Au fil des discussions, l’idée d’un compost collaboratif est également évoqué mais le plus urgent est le lancement d’une campagne de financement participatif d’ici un mois pour l’achat de nouveau matériel : une chambre froide et une vitrine frigo pour des produits frais. “On voudrait faire une cuisine collaborative dans notre prochain local, une véritable cuisine aux normes, et la partager, la mettre à disposition des entrepreneurs qui veulent se lancer avec des produits frais”, souligne Alexandra. Elles commencent leur aventure par un statut associatif pour aboutir à une société coopérative en fonction de l’évolution du projet. A l’unisson, Valentina et Alexandra insistent sur le fait “que si l’on veut que les choses changent, il ne faut pas attendre que cela vienne des hautes sphères, c’est à nous de le faire et ce genre de projet n’est pas si compliqué à réaliser”. 

Laurence Durand

Cityzen Market : Maison des échanges et du commerce : 480 av. des Etats du Languedoc à Montpellier. Tram 1, Antigone.
06 68 40 49 96 ou 07 63 06 20 49  – cityzen-market.com

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn