Bonjour

Sud expé : Jean-Pierre Bails : “La fusion aura bien lieu à la fin de l’année”

A la suite d’une nouvelle réunion de Sud Expé le 9 juin, les trois centres d’expérimentation de la région vont fusionner à la fin de l’année. Jean-Pierre Bails, président de Sud Expé, fait le point.

 
2016_3608-10Qu’en est-il du processus de fusion des trois centres d’expérimentation fruits et légumes de la région ?

C’est la conclusion d’un processus engagé depuis plus de 10 ans. Le 1er janvier 2017, les trois centres d’expérimentation auront fusionné. Dans la pratique, il reste encore plusieurs étapes à franchir. Il y aura d’abord une première fusion entre le CEHM et la Serfel, puis entre cette nouvelle entité et la Sica Centrex. Nous avons décidé de repousser le moment de la fusion pour des raisons comptables essentiellement. Les exercices doivent être clos depuis moins de six mois, ce qui va nous contraindre à réaliser des situations comptables intermédiaires. Ce sera chose faite après la saison, parce que là nous sommes tous très occupés…


Un début de polémique a agité le Landerneau début juin, à propos du panier de mariage… Qu’en est-il exactement ?

Oui, peut-être que certains ont intérêt à rallumer des querelles sur ce terrain-là, alors qu’elles n’existent plus chez les producteurs puisque globalement, nous nous entendons plutôt bien tous ensemble ces temps-ci. Sur le fond de l’affaire, Il se trouve que la Sica Centrex possède les terres sur lesquelles elle mène ses expérimentations. Ce qui n’est pas le cas des deux autres centres. L’accord trouvé est donc que le CEHM et la Serfel fusionnent. La Sica Centrex procèdera ensuite à un apport d’actifs au sein de la structure, mais continuera d’exister. Elle portera le foncier qu’elle mettra gracieusement à la disposition de Sud Expé.


Comment expliquer qu’il ait fallu autant de temps pour aboutir ?

Fusionner quand on est deux n’est déjà pas facile, alors quand on est trois, vous pouvez imaginer combien cela peut rendre les choses très complexes. C’est une longue aventure qui a avancé selon des rythmes différents. C’est le jeu.


Quels sont les axes prioritaires de Sud Expé pour les prochaines années ?

Nous allons faire des efforts sur l’innovation et continuer bien entendu le développement variétal. Cela reste notre première mission. Mais nous allons devoir combiner cette mission avec les attentes de la société. Il va nous falloir intégrer cette dimension dans la recherche variétale en mettant par exemple l’accent sur les variétés résistantes aux maladies. Nous allons aussi globalement travailler à la réduction des intrants et sur l’évolution des pratiques culturales. Notre ambition à terme est bien, en liaison avec le Cefel de Montauban, pour l’ex-région Midi-Pyrénées, de devenir leader de la recherche en fruits et légumes avec nos principaux partenaires que sont les Chambres d’agriculture, le CTIFL et l’Inra.


Justement, après la fusion des deux régions, une fusion des centres de la nouvelle grande région est-elle à l’ordre du jour ?

C’est beaucoup trop tôt. Nous devons d’abord terminer le processus en cours, peut-être changer le  nom Sud Expé aussi, mais il est certain que nous allons travailler très étroitement ensemble. 

Propos recueillis par Yann Kerveno

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn