Bonjour

FranceAgrimer : De nouvelles règles pour la promotion du vin dans les pays tiers

Le conseil spécialisé viticole de FranceAgriMer s’est réuni récemment. A cette occasion, il a présenté les modifications du règlement de l’OCM viti-vinicole pour la promotion dans les pays tiers (hors UE).

Les demandeurs peuvent soit faire une demande de prolongation des dossiers ayant atteint trois années, soit déposer de nouveaux dossiers ; et les nouveaux dossiers couvrent au maximum deux années. Par ailleurs, un seuil plancher de 10 000 € de dépenses par an et par pays ou zone de pays, est introduit ; et la téléprocédure devient obligatoire pour le dépôt des prochains dossiers. Enfin, plusieurs règles sont clarifiées : montant minimum par facture, règles relatives aux dépenses de personnel, calcul du coût horaire. La date de clôture des candidatures est fixée au 14 oc-tobre 2016 à minuit.
Le conseil spécialisé a été informé sur la consommation des crédits de l’enveloppe 2015/16 du programme quinquennal français de l’OCM vitivinicole doté de 280 millions d’euros. Au 10 juillet, elle atteint 134,6 M€, dont 64,6 M€ pour la restructuration et la reconversion du vignoble ; 43 M€ pour les investissements des entreprises ; 23,4 M€ pour la promotion sur les marchés des pays tiers ; 3,6 M€ pour les prestations viniques.

La France, reste leader des exportations de vin
FranceAgriMer a réalisé une étude sur les principaux marchés importateurs dans le monde, pour permettre à la filière française de se positionner par rapport à ses concurrents. Les principaux marchés importateurs analysés dans cette étude sont l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Chine. Dans un contexte mondial de stabilité de la consommation de vin et de hausse des échanges, la France garde de loin sa position de leader des exportations de vin en valeur. Néanmoins, elle perd d’année en année des parts de marché à la fois en volume et en valeur, notamment au profit des vins du “nouveau monde”. L’étude fait notamment un point sur la consommation de vin aux Etats-Unis, une consommation qui progresse. Elle est passée de 4 litres par an et par habitant en 1970 à 10 litres en 2015. Les USA importent 11 millions d’hectolitres de vin chaque année. La France est le troisième pays fournisseur, à égalité avec le Chili, avec 12 % des volumes, derrière l’Italie (27 %) et l’Australie (15 %).

L’état du vignoble très contrasté

Selon les observations réalisées dans les différentes régions viticoles, la situation est assez con-trastée entre les vignobles du Sud et du Nord de la France.
Ces derniers ont été touchés à plusieurs reprises par des phénomènes climatiques (gels, grêles, pluies) qui ont favorisé un développement de maladies cryptogamiques comme le mildiou et un certain retard de végétation. Les attaques de mildiou sont particulièrement conséquentes et pourraient avoir un impact important sur les exploitations.
Des attaques tardives d’oïdium sont également à noter ainsi que du stress hydrique et même de la sécheresse dans les zones les plus au sud du pays.
Enfin, le conseil a décidé de re-pousser au 16 septembre la date limite de réception des dossiers papiers concernant la restructuration du vignoble, date identique à celle de la téléprocédure.

OM

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn