Bonjour

Coopération : Arterris s’implique pour les jeunes

Le groupe coopératif organisait pour la première fois les Jeuniales “Génération Arterris” le mardi 4 octobre à Carcassonne. Un après-midi dédié aux jeunes agriculteurs. Cette rencontre a permis d’aborder des thèmes au cœur de leurs préoccupations.

2016_3621-5Cet événement était l’occasion de découvrir les différents services proposés par Arterris aux jeunes agriculteurs, en les illustrant par des retours d’expériences dans les différentes filières : grandes cultures, vigne, arboriculture, maraîchage, semences, nutrition et production animales. Au préalable, Anne Paulhe Massol, responsable innovation chez Arterris, est venue présenter l’un des dispositifs de soutien mis en place par le groupe : la carte “jeune adhérent partenaire”. Ce programme accompagne déjà plus d’une centaine de jeunes agriculteurs. Pour en bénéficier, le jeune adhérent de la coopérative souscrit à un contrat d’engagement sur trois ans et s’engage à être 100 % partenaire sur l’approvisionnement et la collecte. En contrepartie, la coopérative propose une aide financière de 5 000 euros qui peut être utilisée selon les besoins comme une formation à la gestion de la trésorerie à l’aide des outils d’Arterris, une proposition de solutions pour le financement des agrofournitures et du capital, un accompagnement technique à prix préférentiels avec des services dont peut bénéficier le jeune adhérent. A travers ce statut, l’agriculteur bénéficie de quatre rendez-vous personnalisés avec un technicien pour faire le point sur l’installation et son projet d’exploitation.

“Arterris sera ce que vous en ferez”

Régis Serres, président du groupe, a tenu à ouvrir les débats en rappelant aux 180 jeunes venus assister à la journée : “la coopérative est votre outil. Arterris vous appartient. Elle sera ce que vous en ferez”, a-t-il martelé. Avant de souligner qu’il était nécessaire de relever des défis et en premier lieu le défi économique.
Par la suite, quatre tables rondes se sont succédées, une pour chaque spécialité du groupe coopératif. Guillaume Blanc, jeune agriculteur à Castelnaudary dans l’Aude est venu présenter son exploitation en blé dur, maïs semences, pois chiches semences et l’utilisation du service “Georepère”, un logiciel de traçabilité des pratiques agricoles pour être en conformité sur les alertes phytosanitaires. “C’est un travail qui vous fait gagner du temps en cas de contrôles et permet d’être en cohérence avec la réglementation”, a-t-il indiqué. Thomas Lion, son conseiller à Arterris, a expliqué que ce logiciel permettait de sécuriser l’agriculteur quant à ses pratiques agricoles. Sylvain Ferrer, maraîcher à Villelongue dans les Pyrénées-Orientales sur 30 ha dont 16 ha de salade, utilise quant à lui le service “Repère”. Selon Bruno Charayron, son conseiller chez Arterris, le service se décline à trois niveaux : du conseil en quantification, nutrition performance dans la fertilité des sols et un dernier niveau qui concerne plus particulièrement la vigne appelé IHD (Itinéraire hydrique dynamique) pour une gestion d’irrigation optimisée selon le type de vin souhaité. “Ce service me permet d’utiliser la bonne dose au bon moment et au bon endroit”, a souligné Sylvain Ferrer. “On a fait un cas très concret sur une parcelle de salades pour augmenter les rendements et atteindre les 45 tonnes de salades à l’hectare. On a atteint les 43 tonnes. C’est donc une bonne prestation, car en travaillant pour la IVe gamme on est payé au poids, cela permet donc de gagner plus d’argent.” Un autre témoignage vidéo d’un jeune viticulteur dans le Minervois : “Depuis le début, je travaille avec Arterris qui vient en début de campagne et deux à trois fois dans la saison. Ici, il y a souvent du vent, il faut respecter les périodes de rémanence, de nombreux logiciels ont été créés. Arterris propose aussi des services pour les caves particulières, donc à long terme. Vu mon projet d’être viticulteur et vigneron et de partir sur de l’œnotourisme, je vais travailler davantage avec le groupe coopératif !”

Besoin d’une agriculture de précision

Bruno Charayron estime qu’il existe une exigence sociétale très importante qui nécessite un dialogue permanent. “Il y a donc un besoin d’une agriculture de précision et un accompagnement de la protection et de la nutrition des plantes. On a besoin d’exactitudes à tous les niveaux pour apporter la bonne dose au bon moment et au bon endroit. Nous avons des objectifs de performance agronomique. Dans un contexte de changement global et brutal du climat, nous nous devons de maintenir et d’améliorer le rendement.” Boris Rouquet, exploitant à Mazères en Ariège a commenté l’utilisation du bilan de campagne. Un service qui lui permet de se situer et de préparer la campagne à venir. “On écoute les conseils d’Arterris et cela permet de se retrouver pour faire le point. C’est une certaine continuité dans le dialogue que nous avons avec les conseillers”.
L’après-midi s’est achevé par une conférence animée par Christophe Dequidt, qui a fait le tour du monde des moissons et Sébastien Abis, administrateur du Ciheam et chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). Le thème était “nourrir la planète : du pain sur la planche”. Ils en ont profité pour aborder les enjeux de l’agriculture de demain.

Arterris en quelques chiffres
Arterris est un groupe coopératif agricole dont le territoire s’étend sur les régions Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il fédère plus de 25 000 agriculteurs aux savoir-faire multiples, issus de régions et de cultures différentes. Représentant une ferme de plus de 350 000 hectares, le groupe réalise un chiffre d’affaires combiné qui dépasse les 740 M€ et s’appuie au quotidien sur une équipe de plus de 1 800 salariés. Spécialisé dans la production agricole, la distribution en zones rurales et la transformation animale et végétale, Arterris occupe plusieurs places de leader en France : en tant que collecteur de blé dur, de tournesol (1 million de tonnes de céréales commercialisées), en tant qu’opérateur en agrofourniture en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon et enfin en tant que multiplicateur de semences en France. Fidèle à ses valeurs mutualistes, Arterris place les services et l’innovation au cœur de sa stratégie et développe des filières (de la production à la commercialisation, en passant par la transformation) de qualité performantes : blé dur, ovins, palmipèdes, etc.

Anne-Solveig Aschehoug

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn