Bonjour

Vinofolia : Un vignoble remarquable au cœur de Montpellier en 2020

Flaugergues est une histoire de générations de passionnés. Propriété familiale, le vignoble du château de 25 ha se situe au cœur de l’AOC Languedoc sur le terroir de la Méjanelle dans la zone climatique des Grès de Montpellier. Le domaine vient d‘investir dans un nouvel outil ultramoderne.

2016_3623-8Rénover le vignoble et créer une nouvelle cave est le fruit d’une réflexion globale menée depuis dix ans pour imaginer la vigne de demain. Avec une aspiration environnementale, elle représente une ère moderne de la viticulture à Flaugergues. Ce chai de vinification design et durable au cœur des vignes a été inauguré le 13 octobre. Il représente la première étape de ce projet audacieux qui s’intègre aux vignes et respecte l’ensemble classé de cette folie montpelliéraine. Un nouvel outil de production adapté qui répond aux exigences de demain avec une technicité, une flexibilité, des normes écologiques et une finesse de vinification et d’élevage, un élan inédit impulsé par le clan familial. Chaque génération mène un grand projet dans cette famille de novateurs. Ce dernier est porté par le fils Pierre de Colbert. “C’est le seul endroit où une même famille habite et anime un lieu classé monument historique. La création du château remonte au XVIIe siècle. En 1696, Etienne de Flaugergues achète ce domaine qualifié de première folie montpelliéraine. Mon père, Henri de Colbert est la neuvième génération de la même famille. Il a hérité de son oncle qui, n’ayant pas d’enfant, lui a légué le domaine. Il était alors ingénieur de travaux. Mes parents se sont installés, il y a 45 ans, moi cela fait 14 ans. J’ai un diplôme d’ingénieur en agriculture, j’ai même fait un peu de journalisme et en 2002, j’ai passé un contrat moral, je devais faire mes armes au domaine. J’ai été salarié de 2002 à 2006, puis je me suis installé en tant que jeune agriculteur. L’ADN du lieu est le patrimoine que l’on veut rendre accessible et authentique. Ce projet, on y travaille depuis 2008.” Six ans après avoir investi 1 M€ dans la réalisation de son restaurant baptisé Folia, la famille de Colbert poursuit la modernisation de son patrimoine avec ce chai.

Outil design et ultramoderne

Le chai de vinification déploie deux corps de bâtiments. Son enveloppe à venir en tubes acier corten (teinte rouillée) va lui donner une dimension végétale, le fondant dans le paysage avec l’intégration de la haute valeur environnementale. D’une surface de près de 500 m2 pour un investissement de 1,8 M€, il va permettre une cuvaison par parcelles avant assemblage, grâce à ses 26 cuves en inox d’une capacité de 25 à 160 hectolitres.
Pierre de Colbert explique que ce projet était une nécessité. “L’ancienne cave, qui date de 1897, de par sa taille, son équipement et sa situation au cœur du mas de réception, n’était plus appropriée à notre activité viticole dans le cadre d’un circuit œnotouristique ambitieux. Elle était en surcharge et nous avions des problèmes de normes par rapport aux effluents. La nouvelle cave est la première pierre à un édifice. Vinofolia est le projet d’un vignoble remarquable dans la ville pour les années à venir qui se réalise dans un respect total de notre environnement. Il est basé sur trois axes, le réinvestissement, l’amélioration de l’outil vignoble et l’œnotourisme.”
Plusieurs objectifs se dégagent : gain de productivité, une meilleure réactivité au marché, un espace de travail plus agréable pour cette entreprise de 25 personnes, une amélioration des conditions d’élevage et d’assemblage et l’enrichissement de l’offre œnotouristique.

Les investissements de demain

Un vignoble dans la ville est un défi en soi dont l’une des pistes est la certification HVE. Déjà en conversion vers l’agriculture raisonnée, depuis 2002 les intrants ont été divisés par deux, le château vise d’obtenir cette certification en 2020. Pierre de Colbert précise que “le domaine va poursuivre la modernisation de son outil de production en intégrant en 2017 une ligne de mise en bouteille adaptée et une centrale d’azote améliorant son bilan carbone. Est en projet également la replantation de dix hectares autour du château avec l’arrivée d’un nouveau cépage, le morrastel. Suivront ensuite le palissage et l’irrigation de certaines parcelles. En parallèle sera mené un travail sur l’équilibre du milieu des plantes auxiliaires (enherbement maîtrisé) et un dernier projet : le jardin des vignes souhaité par mon père qui désire créer un lien entre le jardin et le vignoble. Le visiteur pourra découvrir différents cépages historiques et locaux ainsi qu’une palette de plantes. Un projet de vino club est aussi à l’étude et pourquoi pas à l’avenir des investissements collaboratifs.” 

Chiffres clés
• 320 ans de tradition familiale viticole
• 2 étoiles au Guide vert Michelin et 30 ans de classement monument historique
• CA consolidé : 1,5 M€
• 160 000 bouteilles dont 65 % vendues à l’export dans 17 pays (30 % en Chine)
• 25 ha de vignes cultivées • 27 ha de verdure dans Montpellier
• 60 000 visiteurs, dont 30 000 pour le tourisme patrimoine et œnotourisme (50 % étrangers), dont 10 000 réceptifs, dont 20 000 couverts par an au restaurant du Folia.
• After work : 400 à 500 personnes.

Laurence Durand

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn