Bonjour

Inauguration : Pour que Dionysud perdure

2016_3625-3«Notre objectif est de cultiver l’importance de l’innovation dans la filière viti-vinicole», a déclaré Gérard Julien, directeur général du groupe France Agricole lors de l’inauguration du salon le 8 novembre. «L’eau et les contraintes liées au respect de l’environnement conduisent à l’arrivée de nouvelles technologies qui doivent se mettre au service de la compétitivité de la filière.» Lors de cette 13e édition, le président de la CCI de Béziers, Daniel Galy a jeté un coup d’œil dans le rétroviseur. «On a lancé Dionysud il y a déjà quelques années. L’idée a émergé à la CCI de Béziers en lien avec un besoin sur le territoire d’un espace dédié à la filière viticole tel que ce salon.» Lors du lancement, il a déclaré : «il y  a déjà beaucoup de monde car la viticulture ne se porte pas trop mal. C’est un salon qui ne se porte pas trop mal non plus et qui a vocation à rester à Béziers. Cette année l’atmosphère est excellente, on le voit dans la fréquentation du salon, l’économie viticole se porte mieux, il y a des besoins. Et Dionysud est une bonne réponse apportée au monde viticole. En 2018, on renouvellera l’opération, il faut que cela dure dans le temps et je suis ravi que le groupe France Agricole ait repris l’organisation du salon.»

«Gagner en termes de compétitivité»
De son côté le président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault, Jérôme Despey, a martelé que ce salon était d’une importance capitale pour la filière viti-vinicole. «Tout a été fait pour que l’action et le dynamisme soient présents afin que Dionysud perdure. Je remercie le groupe France Agricole d’avoir repris le flambeau au moment même où il y a une évolution à la CCI de Béziers. Je suis ravi d’être à vos côtés et je remercie Gérard Julien pour son engagement auprès du salon. La filière est attachée à cette vitrine viticole et arboricole. Il faudra être vigilant sur l’avenir pour maintenir un salon au cœur de l’Hérault, berceau de la viticulture de notre région. En faisant le tour des exposants, je mesure la vitrine qu’est le parc matériel proposé. On est profondément attaché aux innovations car il y a des évolutions permanentes en machinisme agricole. C’est un lieu pour montrer toutes les innovations techniques culturales allant dans le sens d’une protection de l’environnement. J’en ai assez de voir que l’agriculteur soit sans cesse montré du doigt. Les conseils donnés aux agriculteurs vont dans le sens d’une réduction de l’utilisation des intrants comme c’est le cas dans la pratique de la confusion sexuelle soutenue par le Conseil départemental de l’Hérault. Cela passe aussi par le contrôle des pulvérisateurs. Toutes ces innovations que l’on voit aujourd’hui sont à communiquer aux agriculteurs. Enfin, cela ne doit pas faire oublier, même si la viticulture est dans une situation plus favorable, que le contexte concurrentiel est fort. Les exportations chutent et la France perd des parts de marché. Ce sujet fait d’ailleurs partie des thèmes de tables rondes initiées à Dionysud. Il existe des innovations formidables qui permettent de lutter contre ces pertes de parts de marché. Un travail est à mener pour gagner en termes de compétitivité. Je suis ravi d’être présent à ce salon tous les deux ans. Il faut maintenant construire l’avenir. Dionysud mérite d’être incontournable à l’échelle régionale mais aussi nationale. C’est une réelle vitrine des innovations.»
Pour parfaire l’inauguration, en présence du maire de Béziers, Robert Meynard, les organisateurs ont entamé un parcours initiatique au sein du salon. Ils se sont ainsi arrêtés sur le stand de BRL pour discuter de l’avenir du réseau Aqua Domitia, puis ont rendu visite au concessionnaire Matha, chez Magne et enfin chez Groupama.
Le salon Dionysud se tenait du 8 au 10 novembre au Parc des expositions de Béziers sur trois halls et totalisait quelque 125 exposants de la filière viti-vinicole mais aussi oléicole. Un salon enrichi en terme d’offre de contenu avec plus de huit conférences, sept ateliers, des dégus­tations et des démonstrations de ma­tériels sur la majorité des stands. 

ASA

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn