Bonjour

Gard : Le diamant noir joue les prolongations

L’idée de départ de la journée de la truffe lancée il y a 24 ans par le comité de promotion agricole d’Uzès était de la faire connaître. Elle a attiré 15 000 à 20 000 personnes. Face à ce succès, le rythme d’un week-end puis d’un mois a été choisi pour passer depuis quelques années à une saison, de décembre à mars.

2017_3633-7Le mois de décembre a donc donné le coup d’envoi à la saison de la truffe en Pays d’Uzès. Ce dernier, jusqu’en mars, s’anime autour d’une production particulière : la truffe noire d’hiver, la célèbre Tuber melanosporum, et d’un évènement de renom autour de ce champignon, le 24e week-end de la truffe, du 13 au 15 janvier. Depuis 24 ans, nombreux sont les acteurs à se mobiliser pour mettre en avant cette richesse du patrimoine culinaire. Organisée par le Comité de promotion agricole d’Uzès et le syndicat des producteurs de truffes du Gard, cette manifestation reçoit le soutien de la ville d’Uzès, l’office de tourisme Pays d’Uzès, la communauté de communes Pays d’Uzès, le Département du Gard, la Région, le syndicat des vignerons du Duché d’Uzès et Gard tourisme. Un modèle de partenariat qui a permis au département du Gard d’obtenir le label national Site remarquable du goût. Il devient ainsi le premier et le seul département en France pour le nombre de sites remarquables du goût, à savoir quatre : l’oignon doux des Cévennes, l’huile d’olive et olive de Nîmes, le taureau de Camargue et maintenant la truffe noire du Pays d’Uzès et Pont du Gard. La France en totalise 57, la région Occitanie, désormais 11. Denis Bouad, le président du Département du Gard, a déclaré “être fier d’être à la tête de ce département. Que de chemin parcouru en 25 ans pour cette truffe qui était clandestine et qui est devenue la richesse de ce terroir gardois. Le troisième département de cette grande région, le deuxième le plus industrialisé avec l’agriculture et le tourisme, deux activités économiques importantes. Il n’y aurait pas de tourisme, s’il n’y avait pas d’agriculture forte. Le département s’implique depuis de nombreuses années au développement de la filière truffe. Près de 350 000 € d’aides ont été injectés depuis 2004.  Cette labellisation, c’est encore plus de notoriété pour le département”. Jean Jallat, président de la fédération nationale des sites remarquables du goût, était également présent lors de la conférence de presse organisée pour fêter cette reconnaissance, mi-décembre aux Truffières d’Uzès. “Ce label permet d’identifier un accord exceptionnel entre le savoir-faire des hommes, la qualité d’un produit et la richesse d’un patrimoine architectural et environnemental. Un site remarquable s’appuie sur un produit emblématique, mais il induit pour l’heureux élu, la responsabilité de faire vivre et d’apporter une dynamique locale. On va proposer des formations autour du tourisme, “des guides du goût”. C’est en quelque sorte, mettre le produit dans son écrin, il doit être la locomotive du territoire.”

Vigilance sur les produits et soutien aux plantations
La fédération française des trufficulteurs (FFT) a créé un label national dont bénéficie l’événement sur Uzès et certifie aussi la qualité des truffes autorisées à la vente. Michel Tournayre, président de la fédération française de la trufficulture, a insisté sur le fait que “la truffe engendre un pouvoir médiatique, mais il faut mettre de l’ordre dans la communication au niveau national, car les bonnes truffes, c’est maintenant. Il y a beaucoup de manifestations qui ne sont pas gérées par des professionnels. Il se fait n’importe quoi. On a donc mis en place une labellisation de manifestations avec un cahier des charges. Les produits aromatisés, on devrait les interdire ! On sait ce qu’il faut pour avoir des truffes. De 10 à
20 ans, l’arbre arrive à maturité et si on ne se préoccupe pas de renouveler les plantations, on n’y arrivera pas. Il faut maintenir la dynamique de soutien pour les plantations et les productions, mais aussi pour la promotion. Il est primordial d’aider le développement technique afin de stabiliser notre production. J’en appelle aux politiques, qu’ils nous aident pour l’organisation de notre filière. Il faut la professionnaliser davantage, sinon on est mort car il y a l’arrivée de l’Espagne, du Chili et de l’Argentine”.
Dans le Gard, on comptabilise 1 700 ha de plantations déclarés et aidés. Ce qui représente 230 trufficulteurs. On estime qu’il y a environ 3 000 ha au total. Les nouvelles plantations se font au rythme de 50 ha par an. Cette année, 100 % des truffes sont issues de plantations, en raison de la fermeture des milieux naturels et des conditions climatiques. Pour Louis Teulle, président du syndicat des producteurs de truffes du Gard, “la production stagne. Il y a eu un premier plan de relance en 2004. Depuis, 800 ha ont été déclarés. Il faut attendre sept à huit ans avant d’avoir une production. On peut aller jusqu’à 20 ans puis on chute, on travaille dessus techniquement. Le département du Gard est le 4
e ou 5e département en termes de production avec 3 à 5 tonnes en moyenne. Cette année, on atteindra environ 3 tonnes, mais la saison démarre moins rapidement. Le plus gros de la saison, c’est en janvier. Depuis cette année, notre marché est officiel, tous les vendredis après-midi, on nous donne les clefs de la ville”. De la mi-décembre au mois de mars, toute l’Uzège vit donc au rythme de la truffe. La journée de la truffe, le
3
e  dimanche de janvier est le premier marché aux particuliers de France. Selon les années, 120 à 180 kg sont écoulés et depuis peu, le marché de gros a été remis en avant. Aujourd’hui, il est référencé au répertoire national des marchés, où il s’écoule entre 50 et 120 kg de truffes. L’ensemble des organisateurs a décidé de mettre en place un audit pour mesurer l’impact de ces manifestations sur l’économie (restaurateurs, hébergeurs, commerces), avec pour finalité qu’Uzès mais aussi le Gard, redeviennent une plateforme  importante de la trufficulture au niveau national. Marchés, ballades, repas, visites de truffières, dégustations, conférences, expo… Retrouvez l’ensemble des manifestations sur les sites : www.pays-uzes-tourisme.com 

Laurence Durand

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn