Bonjour

En bref : 20 janvier 2017

Quatre cépages résistants au mildiou et à l’oïdium devraient être inscrits fin 2017
Parmi 43 cépages résistants au mildiou et à l’oïdium que le programme français de recherche compte obtenir d’ici 2030, quatre, soit deux pour le vin rouge et deux pour le vin blanc, devraient être inscrits en décembre 2017, a annoncé l’Inra le 16 janvier. Dans cette perspective, l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) commencera le greffage des quatre cépages “d’ici trois semaines”, la probabilité étant forte pour qu’ils soient inscrits, a indiqué son directeur général Jean-Pierre Van Ruyskensvelde. Pourquoi dès le début février ? Pour gagner du temps, sachant que la montée en puissance commerciale des nouveaux cépages ne se traduira pas avant 2021 par une mise à la disposition des vignerons, et que d’ici là des expérimentations auront lieu pour “analyser le comportement de ces cépages en conditions diverses”, a-t-il précisé. “Dans un système libéral on pourrait faire multiplier les plants par tous les pépiniéristes, mais ce serait prendre le risque de voir, trois ou quatre ans après avoir poussé quelques cocoricos, des résistances contournées”, a expliqué Philippe Mauguin, pdg de l’Inra. Un gène contourné par une résistance devient inopérant à jamais, a ajouté Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l’Inra.

Un observatoire des cépages résistants pour lutter contre l’oïdium et le mildiou
OsCaR, l’observatoire national du déploiement des cépages résistants étudie et surveille pour sa première année de fonctionnement les parcelles plantées avec des vignes résistantes au mildiou et à l’oïdium afin de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Issu d’un partenariat entre l’Inra et l’IFV cet observatoire entend ainsi surveiller la durabilité des résistances aux maladies, voir comment ces variétés se comportent en condition de production et partager les expériences des viticulteurs. Une quinzaine de parcelles ont ainsi été plantées en Languedoc-Roussillon et en Nouvelle Aquitaine avec des cépages étrangers (Allemagne, Suisse, Italie) et ceux cultivés par l’Inra à Bordeaux à titre expérimental. Pour le suivi des parcelles, OsCaR s’appuie sur des organismes régionaux comme les Chambres d’agriculture. C’est un outil de plus pour les viticulteurs afin de progresser vers une moindre consommation de produits phytos.

Influenza aviaire : deuxième extension de la zone d’abattages préventifs
Dans le cadre du plan de lutte du gouvernement contre l’épizootie d’in­fluenza aviaire, une nouvelle liste des communes présentes dans la zone où l’abattage préventif est parue au journal officiel le 17 janvier. La liste comprend désormais 232 com­munes, soit 45 de plus que la précédente.
Elle comprend respectivement 25 et 20 communes de plus dans les Landes et dans le Gers. “On se dirige tout droit vers la Chalosse”, analyse le président du Modef des Landes Christophe Mesplède. La Chalosse est une région des Landes particulièrement dense en production de foie gras. Au 16 janvier, le nombre de foyers est désormais de 129.

N'hésitez pas à partager cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn